Magic: Tips & Tricks Part I - Conseils généraux

La plupart de ces tricks paraissent triviaux, mais sont en réalité vraiment importants et peuvent augmenter votre win-rate drastiquement. Dites-vous que si vous ne les utilisez pas, votre adversaire le fera, lui, et en tirera parti autant qu'il le pourra.


Anticipez les premiers tours dès votre main de départ

Dès que vous ouvrez votre main de départ, estimez ce que vous pourrez jouer au tour 1, puis tour 2, puis tour 3, etc. Si vous constatez qu'il y a des tours durant lesquels vous pensez que vous ne pourrez rien jouer de significatif, cela signifie qu'à ce moment de la partie, vous donnerez une chance à votre adversaire de prendre un avantage sur vous. Ce n'est pas forcément un mal dans tout les cas (par exemple si vous prévoyez de jouer un removal de masse au tour suivant), mais c'est tout de même à prendre en compte.

Par la suite, continuez de prévoir vos tours à l'avance - même si cela implique parfois de faire des suppositions quant à ce que votre adversaire fera. En ce qui me concerne, j'aime partir du principe que mon adversaire a toujours une réponse en main, et la question devient alors: "comment m'assurer de pouvoir garder au minimum un état d'équilibre?".

Par exemple, une excellente main permet de jouer Champion des Parish tour 1, Rassemblement des citadins tour 2, Procession Spectrale tour 3, et double Vertue Intangible tour 4, pour un total de 26 blessures sur les quatre tours (ou 21 blessures avec une seule Vertue).

De façon plus réaliste, une main plutôt pas mal vous donne une Goule du Diregraf, un Persécuteur Abyssal, et une Lame du destin pour détruire ce que votre adversaire posera au tour 3. Durant les quatre tours vous menant à ce que le persécuteur arrive et que votre main de départ soit épuisée, il est probable que vous piocherez suffisamment pour poursuivre la partie sereinement.

Enfin, une mauvaise main vous donne une Assaillante angélique, une Guivre d'armada, et un Vieux gorille à dos argenté - sauf gros coup de chance, le temps que vous puissiez les poser, votre adversaire aura déjà eu l'occasion d'avoir un board rempli, et sera prêt à faire face à chaque menace que vous poserez. Ainsi, face à la main présentée au dessus, vous ne pourrez rien jouer avant le tour 6, tour durant lequel votre adversaire tuera votre unique bloqueur avec sa Lame du destin, vous amenant à -2 points de vie après l'attaque, ce qui vous fera perdre à l'instant même où le Persécuteur sera détruit.


Gérez votre ressource cachée: vos points de vie

Vous disposez de 20 points de vie au début de la partie (ou 30 en Troll à Deux Têtes, ou 40 en Commander). Que la partie soit gagné avec 20 points de vie restants ou un seul n'a pas d'importance - vous gagnez ou vous perdez, point final. Par conséquent, au lieu de toujours considérer vos créatures comme vos bloqueurs, pensez à vous considérer comme leur bloqueur. Contrairement à elles, vous n'avez pas la possibilité d'attaquer, et disposez de bien plus de points de vie. Chaque bloquage devrait donc répondre à la question "est-ce que je veux payer X points de vie pour que telle créature reste en vie?".

Par exemple, encaisser les dégâts des Rats typhoïdiens au lieu de les bloquer avec Maralen des Chantematins semble être une bonne idée. Inversement, vous voudrez bloquer un Maître des cruautés dans à peu prêt tout les cas.


Attendez le dernier moment pour jouer

Contrairement à Hearthstone ou d'autres jeux de cartes, votre adversaire sera en mesure de répondre à vos actions, et cela signifie donc qu'il devra faire des choix. Ces choix dépendront de sa connaissance de l'état actuel de la partie et, en conséquent, si vous jouez des sorts non-nécessaires avant de laisser votre adversaire faire un choix, non seulement vous lui révèlerez gratuitement des informations, mais en plus vous perdrez vous-même la possibilité d'en aquérir (en constatant quels choix votre adversaire fait, suite à quoi vous agirez différemment). Et comme le disait un type nommé Bacon, "Knowledge is power". Celui de vous deux qui a le plus connaissance de l'ensemble des données aura un énorme avantage sur l'autre.

Par exemple, si vous jouez un Souverain d'Arashin avant d'attaquer, lorsque votre adversaire devra choisir ses bloqueurs, il saura non seulement que vous disposez de beaucoup moins de mana pour réaliser d'éventuels combat tricks, mais aussi que vous disposez de moins d'options dans votre main. Il aura donc l'opportunité de choisir des bloqueurs de façon un peu plus osé qu'il ne l'aurait fait s'il n'avait pas eu ces informations.

Autre exemple, si vous jouez un spoiler tel que Trafiquant d'esprits en première phase principale, votre adversaire pourra décider que finalement, ce Chemin vers l'exil qu'il destinait à votre Evideur de Cendrelande à la prochaine phase d'attaque trouvera finalement en votre Trafiquant une meilleure cible.

Enfin, notez bien qu'on parle là des actions qui pourraient être faites plus tard sans briser la stratégie. Par exemple, il n'est bien évidemment pas recommandé de jouer un Béhémoth caveur-de-cratère en deuxième phase principale :)


Tentez de viser le card advantage

Magic, surtout dans ses formats les plus lents comme Commander, est d'une certaine façon une guerre d'attrition. Les deux joueurs envoient leurs steaks, jusqu'à ce que l'un d'entre eux ne craque et ne puisse simplement plus suivre. Par conséquent, disposer de plus de cartes que votre adversaire est un excellent moyen de vous donner plus d'options que lui, et ainsi de gagner la partie sur le long terme. Quel que soit votre nombre de points de vie, si la main de votre adversaire est vide et la votre pleine, sachez qu'il tremble intérieurement et prie pour que vous passiez juste votre tour.

L'exemple le plus typique de card advantage sont les "cantrips", des sorts qui vous font piocher une carte en plus d'avoir un effet (tels que Prédestination, Manamorphose ou même la Sinistre strix). Une fois la carte jouée, vous disposerez d'autant d'options que vous en aviez auparavant: c'est bien ça le card advantage! Cependant, cela a un coût, et les cantrips sont généralement moins puissants en terme d'effet que les autres cartes ayant un même CCM.

Si votre adversaire possède beaucoup plus de créatures en jeu que vous, une petite Damnation vous donnera un énorme card advantage, puisque vous traderez une unique carte contre toutes les créatures de vos adversaires. Bien sûr, il est nécessaire que vous ayiez de quoi repartir après, mais en noir, ce n'est pas très difficile à trouver :)

Un contre-exemple est le Maître du festin qui permet à vos adversaires de piocher deux fois plus que vous, en contrepartie de ses statistiques plus que correctes. Dans le meme genre, l'Avatar de la discorde ou le Commandant Greven Il-Vec qui vous feront respectivement défausser et sacrifier vos préciseuses cartes. Enfin, les Rêves maladifs vous offrent la chance d'infliger de lourds dégâts de masse sur le board pour un coup de mana modeste, mais au prix de vos cartes. Vraiment, la devise du noir pourrait être "La grandeur, à tout prix".

Le card advantage n'est bien sûr pas tout. La Recluse mortelle n'est théoriquement pas génératrice de card advantage (même en bloquant vous traderez au mieux une carte contre celle de votre adversaire, comme d'habitude), mais est pourtant un formidable générateur de value advantage: elle vous donnera toujours la possibilité de trader contre quelque créature qui soit, quand bien même il s'agirait du puissant Emrakul, Déchirure des Eons! Ceci étant, une fois la belle enchantée avec Pouvoir du feu, on arrive bel et bien dans le domaine du card advantage, puisque vous pourrez alors détruire une créature de votre choix à chaque tour.


Retenez les réponses de vos adversaires

Magic est un jeu complexe, mais il n'y a qu'un nombre fini de cartes jouées dans chaque deck. Au fur et à mesure que vous jouerez contre un deck en particulier (ou une personne en particulier), vous apprendrez à connaitre ce deck et cette personne, de façon à pouvoir déduire quelles réponses vous attendent au tournant. Cet apprentissage est généralement inconscient, mais essayez de prendre note des sorts qui vous bloquent, et de la façon dont vous parvenez à reprendre la main, si vous y arrivez. Dans les parties suivantes, vous saurez comment agir si la situation se reproduit.

Faut-il jouer dès maintenant cette Avacyn, ange de l'espoir que vous avez en main? Si vous savez que votre adversaire joue des Chemin vers l'exil, tentez plutôt de poser d'abord Anya, ange impitoyable pour servir de paratonnerre.


N'oubliez pas vos capacités déclenchées

Il arrive souvent que le déclenchement de capacités soient oublié. Bien qu'il soit évidemment gentil (un peu trop gentil ?) de la part de vos adversaires de vous rappeler que ces triggers doivent être exécutés, ils n'ont en réalité aucune obligation à cet égard (quand bien même cet effet serait à leur désavantage). Le jugement rendu par la DCI dans ce genre de cas est que vous avez fait une erreur, qualifiée de "Missed Trigger". Cette dernière n'est pas punie par les juges, à moins que le trigger manqué ne soit en votre défaveur (auquel cas vous recevrez un Warning). Après quoi, qu'il soit en votre faveur ou non, la partie continuera sans que le trigger ne se déclenche (pas de "correction" de la partie).

Une exception cependant: si vous jouez en environement Regular, c'est-à-dire en avant-première, en FNM, etc (par opposition aux environements Competitive et Professional). Dans un tel cas, un Missed Trigger sera corrigé si possible, à condition qu'il ne soit pas optionnel, qu'il ne soit pas trop vieux, et qu'il n'y ait pas eu de décisions importantes ayant résulté de l'oubli. Dans tout les cas, votre adversaire n'a jamais d'obligation à vous rappeller que ce trigger existe, qu'il en ait conscience ou non.


Décelez les synergies

Beaucoup de cartes synergisent entre elles - c'est-à-dire qu'elles ont des effets sympathiques (ou pas) prises indépendamment, mais exponentiellement meilleurs une fois prises ensembles. Ces synergies sont parfois complexes à trouver, mais souvent le meilleur moyen de cloturer des parties, de par le facteur surprise et card advantage / value advantage qu'elles apportent.

Un deck récemment banni utilisait Jumeaux par scission avec Exarche fourbe afin de mettre en jeu, en un seul tour, un nombre arbitraire (par exemple 1,000,000) de copies de l'exarche, toutes avec la célérité, entrainant ainsi une mort douloureuse.

De la même façon, Melira, proscrite sylvok couplée à Bonnet-rouge meurtrier et une Fosse de l'engeance peut signifier une mort violente et inattendue. Les Fourbes de cuisine sont un remplacement possible au bonnet-rouge, et vous donnent une quantité de vie infinie.

Moins violent et peut-être plus "sympa", Voie fantôme permet de déclencher tout les effets de ETB et LTB de toutes vos créatures. Pour peu que votre deck soit axé sur ce genre d'effets (type Simulacre Solennel, par exemple), vous pouvez instantanément surprendre vos adversaire et prendre un avantage décisif. Notez également qu'en tant qu'éphémère, vous pouvez même le jouer à la fin de leur tour.

Les synergies peuvent aller plus loin que les simples effets: mettre une Evacuation dans un deck peuplé de 1-drop et 2-drops vous permettra peut-être de prendre un avantage décisif face à un deck plus lent.


Perdez, mais recommencez

Il n'y a pas de victoire sans perdants, c'est le jeu. De la même façon que César n'est pas devenu général des armées romaines en un mois (il lui aura fallu 15 ans), vous perdrez certainement souvent face à des joueurs expérimentés, jusqu'au jour où, sans que vous ne vous en soyez vraiment aperçu, vous vous rendiez compte que la balance des scores s'est progressivement équilibré. N'abandonnez pas, et si vos stratégies ne fonctionne pas, demandez de l'aide ! La communauté Magic est large, et vous trouverez forcément quelqu'un pour vous aider. Par exemple, j'arpente régulièrement le subreddit /r/MagicTCG, où il est courant de voir des joueurs demander des conseils pour battre certains de leurs plus coriances adversaires (exemples).

Enfin, n'oubliez pas que bien que n'importe quel deck puisse gagner face à n'importe quel autre pourvu que les astres soient de votre côté, le principe de pierre-feuille-ciseau s'applique dans une certaine mesure, et vous aurez toujours un désavantage face à certains types de decks. Cela s'appelle un mauvais matchup, et fait parti du jeu :) Dans un tel cas, n'hésitez pas à rajouter des cartes dites de "hate", c'est-à-dire dont le seul but est de nuire à un matchup en particulier. Quelques exemples:

Bonne chance :)

Scrooge McDuck

Il était une fois un petit garçon qui, chaque mois, attendait avec impatience la sortie de son Picsou Magazine. Il aimait bien Donald et sa clique : toujours drôle, avec parfois de subtiles leçons à tirer. Ce n'était pas du Baudelaire, mais c'était toujours rafraîchissant.

Et puis un jour, le petit garçon lût une histoire particulière. Elle était différente des autres à plusieurs égards. D'abord, le style de dessin n'était pas pareil : il y avait beaucoup de détails, et l'arrière-plan de l'histoire faisait à lui-seul une fractale d'histoires parallèles.

Mais surtout, le point qui différenciait cette histoire, c'était les personnages. Vous voyez, l'enfant avait toujours connu Donald comme un personnage rigolo, et Picsou comme un avare. C'était simple, c'était facile. Les petites boîtes.

Mais dans cette histoire, les personnages sortirent du livre. Soudain, ils avaient un passé, des motivations, des sentiments. Les colères de Donald n'étaient plus un simple "comportement par défaut", mais bien une réaction au déroulement de l'histoire. Picsou n'était pas seulement avare, et oscillait entre l'inquiétude, la confiance en soi, la curiosité et parfois une certaine tendresse. La plume de l'auteur leur donnait réellement vie.

Keno Don Rosa.

Tel est le nom de l'un des auteurs qui marqua cette période de mon enfance, et qui aujourd'hui encore éveille des sentiments particuliers. Il publia au fil des années des histoires devenues cultes de nos héros palmés. Il imagina la vie de Balthazar avant qu'il ne devienne Picsou. Il nous fit partager ses espoirs, ses désillusions, sa hargne.

Certains considèrent que Batman est le plus grand héros de l'univers des Comics. D'autres penchent pour Superman. Une partie révère Charles Xavier, et il en est pour rétorquer que les idéaux de Magneto n'étaient pas totalement dénués de sens.

Mon héro, c'est Balthazar. Il n'est pas le plus fort, pas le plus intelligent, pas le plus amical, et certainement pas celui qui a fait le moins d'erreurs dans sa vie. Mais il y a un point sur lequel il est toujours resté fidèle à lui-même : ses valeurs. Et quelles valeurs ! Don Rosa nous a montré ce que Picsou faisait passer avant tout. Pugnacité, curiosité, famille. Honnêteté. Dans les mains de Keno, l'argent n'était plus le but, mais le moyen.

Ce canard, par bien des aspects, est le plus humain des personnages que j'ai rencontré. J'ai relu ses histoires en long et en large il y a quelques années de cela, à la faveur d'un long voyage en train. J'eu le coeur serré en le voyant apprendre la mort de sa mère, puis de son père. L'inquiétude m'étreignit en le voyant devenir plus aigri à chaque nouvelle planche. La déception m'a fait stopper ma lecture lorsqu'il finit par détruire une tribu indigène par avidité, rompant avec ses idéaux. La joie m'a porté lorsqu'il prit conscience de ses erreurs et que, plutôt que de les nier, il en prit compte dans ses aventures suivantes.

Et que dire dans cette page finale de "A Letter From Home" ? Si je devais ne retenir qu'une unique chose de Scrooge McDuck, un unique souvenir, ce serait cette planche.

Picsou est un héro. Il représente le courage, la fierté, et les valeurs qui nous sont chères. Il n'est pas parfait, mais il retombe sur ses palmes, et continue d'avancer et de vivre. Et rien n'est trop dur pour lui.

Disney est libérée, délivrée

Je me suis fait ces derniers jours une bonne flopée de séances de cinéma. Outre l'avant première de The Hobbit 2 à laquelle je suis allé la semaine dernière avec des amis (un joli marathon de film qui s'est achevé à trois heures du matin \o/) et celle d'Albator à laquelle je fonce la semaine prochaine, j'ai également été voir La Reine des Neiges.

Non, je ne ressent même pas le besoin de me justifier, arrêtez de me regarder ainsi.

Donc, La Reine des Neiges (Frozen en anglais, Sneedronningen en danois - de rien). Pour ceux qui ne fréquentent pas beaucoup les salles obscures, il s'agit du dernier Disney en date, réalisé en images de synthèses et basé sur l'histoire du même nom de l'ami Andersen. Ah ah, non, je déconne, l'histoire n'a absolument rien à voir, en dépit de ce que l'on veut nous faire croire. Je pense qu'ils surfent juste sur le branding conte de fée, parce que l'histoire est totalement différente.

Breeef, ça ne part pas super, OK. Les trente premières minutes donnent envie de se lever, de hurler et de repartir écouter du Métal pour se calmer un peu. Ca dégouline de princesse Disney qui chante toutes les deux minutes (j'attend la version DVD pour chronométrer). C'est gniant-gniant, c'est rose, c'est mielleux ... bref, c'est très chiant.

Non, vraiment, c'est horrible. Et puis, soudain, milieu de film, et tu te retrouve soudain à chanter à tue-tête en agitant les mains dans tout les sens des fois que tu aurais subitement pris conscience de tes pouvoirs de X-Men. Parce que c'est beau. Vraiment beau. Quand la Reine se met à chanter, tu vois presque le chateau se former autour de toi. Grosses fécilitations à l'équipe de Disney pour avoir fait ça.

Dur de ne pas spoiler, mais les scénaristes ont aussi innové légèrement : tandis que la plupart des Disney "pour fille" (pas taper) de mon enfance avaient souvent une princesse qui tombe amoureuse d'un beau prince, là on a déjà DEUX princesses et UN prince. Et ... je vous jure, pas facile de ne pas spoiler. Mais mettons que le prince n'est pas classique (et avec La Belle et la Bête, on aurait pourtant pû penser avoir tout vu).

Donc voilà. C'est un Disney beau visuellement, avec une soundtrack pas dégueux, et un scénario qui, sans être ouf, fait figure de sang neuf. Après, il a les défauts de ses avantages : c'est un Disney. On voit qu'ils ont laissé ouvert une toute petite porte pour tenter de ne pas être purement manichéen, et c'est tout à leur honneur, mais ça reste ... well, un peu limité.

Et pour finir sur une note de gaieté, que vous ne devriez pas écouter avant d'être dans la salle de cinéma, à voir le film en 3D :

Weekly Side Project 1 : PEG.js editor

I think I will try to write more about my experiments. Hopefully my english won't hurt anyone ! :)

This time, I wanted to fool around by working on a parser using PEG.js. I knew it well, having used it on some other projects, but creating the grammar was still a pain : the only editor around here is the online one, and is not very user-friendly. Specifically, it does not have syntaxic coloration, does not save grammars, and can hang if you happen to write a bad grammar (which can happen unexpectedly while you are still typing).

To solve this issue, I've worked on an improved IDE which is now done. It uses Angular and CodeMirror for the frontend, and Express and SQLite for the backend. It's main features are :

  • Syntaxic highlighting on both PEG.js grammar files[1] and JSON output
  • Snippets can be easily saved (either ctrl+s or the big Save button) and shared (the page URL will automatically be updated after sucessful save)
  • The generated parsers will hopefully never hang. Try for example this grammar, your browser will detect the infinite loop and timeout the process (Web Workers).

I'm open to any suggestion and bug report, please feel free to post them on the project repository.

Some examples :


[1] Let's thanks Forbes Lindesay for doing the CodeMirror mode a few days before I start this project ! I have made a PEG.js Ace mode a bit before, but I wasn't really fond of Ace due to its undocumented way to add new modes without recompiling the whole thing, so I was really looking forward to using CodeMirror.

Il en faut peu pour être heureux

C'est en tout cas ce que disait ce vieil ours de Baloo ... franchement, s'il en faut vraiment peu pour être heureux, à quel niveau je dois être quand, après une journée de taff intéressant au sein d'une équipe cool, alors que je rentre d'un bar avec mes superbes cousines, je reçois ma cartouche de Pokémon Y juste après avoir commencé à planifier une surprise pour un ami, et que le lendemain verra une soirée de plus entouré de potes ?

Fuck yeah \o/

Canada Reloaded : Backport depuis mon Tumblr

J'ai fini de backporter tout les articles de mon ancien Tumblr vers ce site ! Vous pouvez donc retrouver tout les articles que j'ai écrit concernant mon périple au Canada :)

Les voici donc, du plus récent au plus vieux. Il doit en manquer deux dans cette liste (ceux avec des photos, en plus), je vous laisse les chercher vous même.

Par ailleurs, le blog dispose maintenant d'un flux atom.