Je rentre à peine du centre de Montréal. Oui, je suis sorti. Dans la rue. Et j'ai vu des gens, même. C'était pas facile, surtout de pas se paumer, mais l'un dans l'autre, en demandant mon chemin deux trois fois, c'est passé.

J'ai même pu prendre le métro (beaucoup moins de lignes qu'à Paris, d'ailleurs, j'ai l'impression qu'il n'y en a que quatre, qui forment une sorte de grille / carré). Amusant de noter qu'avec le coup d'oeil, le tricks parisien pour trouver l'endroit où les portes de métro s'ouvriront (protip : regardez le degré de saleté de la ligne blanche) fonctionne aussi à Montréal. Mais les bords sont gris, donc c'est moins visibles.

Bref, il y avait un intérêt réel à sortir, j'ai ainsi pu aller au siège de la RAMQ, qui est en gros le centre d'assurance maladie du Québec, pour me faire enregistrer. J'ai patienté environ une heure pour avoir un ticket, une heure pour que ce ticket soit appelé, et à partir de là ça a été assez rapide : il a suffit que je donne le formulaire qu'Epitech m'avait remis, mon CAQ et mon passeport pour qu'un nouveau formulaire soit fait. Ma carte d'assurance devrait arriver dans les deux semaines.

En ressortant, j'en ai profité pour me balader. C'est amusant, parce qu'ils n'ont pas l'air d'avoir de centre commercial comme on en a en France, où il vendent de tout. Leurs centres semblent n'avoir que ce qui concerne le ménager (lessive, etc) ou la nourriture. Le reste est dans d'autres magasins spécialisés. Ce qui est moins drôle, c'est que ces centres sont aussi assez bordéliques : la nourriture pour animaux est placée en face de la lessive, des ampoules se trimballent en solitaire à côté des soupes ... bref, pas facile de s'y retrouver, il faut faire trois fois le tour avant de trouver ce qu'on cherche.

C'est à peu près tout pour aujourd'hui ... maintenant, repos en attendant demain, jour de ma rentrée. Et je ne sais toujours pas comment c'est censé se dérouler.